GMAP

[Table des matières]
[Résumé]

Bookmark and Share

[Section II : La stratégie mondiale] PDF version

  1. Introduction à la stratégie mondiale
  2. Contrôle : vaincre le paludisme
    1. Intensifier les interventions pour un impact réel : atteindre la couverture universelle
    2. Contrôle durable : maintenir la couverture et l'utilisation
  3. Elimination et éradication : atteindre la transmission zéro
  4. Agenda de la recherche sur le paludisme
    1. Recherche et développement de nouveaux d'outils et d'outils plus performants
    2. Recherche visant à orienter les politiques
    3. Recherche opérationnelle et sur la mise en oeuvre
  5. Coûts et bénéfices de l'investissement dans le contrôle du paludisme, l'élimination et la recherche et développement

Section II : La stratégie mondiale

1. Introduction à la stratégie mondiale

Le paludisme est présent dans 109 pays. Une stratégie pour combattre le paludisme doit être à la fois dirigée au niveau national et soutenue au niveau international. Les pays concernés sont souvent le mieux placés pour savoir quelles actions sont les plus pertinentes en fonction des populations exposées, du niveau de transmission, du degré de mise en place des interventions et de la capacité des systèmes de santé nationaux à développer ces efforts. D'autre part, la communauté internationale joue un rôle capital en soutenant les pays et en leur fournissant des outils. Grâce à la coopération, les pays et leurs partenaires internationaux peuvent atteindre les objectifs à court terme de réduction de la mortalité et de la morbidité d'ici à 2010 et 2015, ainsi que la vision à plus long terme d'une éradication du paludisme à l'échelle mondiale.

Trois composantes de la stratégie mondiale : contrôle, élimination et recherche

La stratégie mondiale comprend trois éléments (Figure II.1) qui garantiront que ces objectifs ambitieux peuvent être atteints : 1) contrôle du paludisme, 2) élimination du paludisme et 3) recherche de nouveaux outils et de nouvelles approches.

Figure II.1 : Les trois composantes de la stratégie mondial

Les trois composantes de la stratégie mondial
  1. Contrôle. La majorité des pays endémiques pourrait avoir un impact considérable sur le fardeau du paludisme en le contrôlant grâce aux outils existants. En intensifiant tout d'abord les interventions appropriées pour l'ensemble des populations à risque puis en maintenant le contrôle la durée, le paludisme cesserait d'être l'une des principales causes de décès dans le monde.
  2. Elimination. Réduire à zéro toutes les infections palustres contractées dans un pays rapprocherait le monde de l'objectif ambitieux d'éradication mondiale. Certains pays s'engagent actuellement dans l'élimination du paludisme et d'autres le feront lorsqu'ils auront contrôlé le paludisme, à condition que leur motivation soit suffisamment forte pour cela. Dans les zones où la transmission est élevée, l'interruption complète de la transmission nécessitera des outils de contrôle supplémentaires.[1]Global malaria control and elimination: report of a technical review. Genève, Organisation mondiale de la Santé, 2008.

    Cliquer pour obtenir la référence
  3. La recherche. Les efforts de contrôle et d'élimination du paludisme exigeront une recherche ininterrompue pour être fructueux. La recherche internationale est nécessaire pour créer de nouveaux outils, orienter les politiques et améliorer la mise en œuvre opérationnelle des stratégies. Ensuite, les systèmes de santé nationaux et locaux doivent se concentrer sur la façon d'utiliser les outils et d'en maintenir les bénéfices.

Des efforts ciblés pour un impact significatif

Chaque pays fait partie intégrante de la stratégie mondiale et contribue à la réussite des objectifs mondiaux contre le paludisme. Cependant, dans un contexte où les ressources sont rares, les ressources mondiales risquent d'être insuffisantes pour soutenir tous les pays simultanément. Pour atteindre les objectifs mondiaux de 2010 et 2015, des efforts d'intensification, au moins dans les pays pour lesquels le fardeau du paludisme est le plus lourd, sont essentiels.

Comme le montre la Figure II.2, les pays peuvent être regroupés selon les catégories suivantes :

  1. Contribution élevée à la mortalité mondiale lors de la phase de contrôle. 35 pays sont responsables de la majorité des décès recensés à travers le monde. Les 5 principaux contributeurs (Nigeria, République démocratique du Congo, Ouganda, Ethiopie et Tanzanie) comptabilisent 50 % des décès mondiaux et 47 % des cas. Un grand nombre de ces 35 pays sont à forte transmission de paludisme à P. falciparum et sont situés en Afrique subsaharienne. Dans d'autres pays, notamment en Asie du Sud-Est, c'est la taille de la population à risque qui est conséquente.
  2. Faible contribution à la mortalité mondiale. 74 pays supportent une part plus faible du fardeau du paludisme. On peut distinguer deux groupes principaux, en fonction l'objectif de leur programme de lutte actuel contre le paludisme.
    1. Contribution faible lors de la phase de contrôle : 47 pays contribuent pour une faible part aux décès et cas mondiaux de paludisme. Leur objectif actuel est le contrôle du paludisme. La plupart de ces pays ont une transmission faible à modérée de P. falciparum, une transmission mixte ou une transmission de P. vivax uniquement. Ils sont principalement situés en Amérique du Sud, en Afrique ou en Asie-Pacifique. Quelques pays (p. ex. Haïti, la République dominicaine, le Timor-Leste) ont une forte transmission mais en raison de leur petite taille, ne contribuent que peu aux décès mondiaux.
    2. Contribution faible lors de la phase d'élimination : 27 pays ne supportent que des fardeaux très faibles et sont actuellement à des stades divers du processus d'élimination d'après les données de l'OMS. Etant donné que davantage de pays passent de la phase de contrôle à la phase d'élimination, l'accent sera davantage mis sur l'élimination. Ces pays se situent principalement dans la région d'Europe méditerranéenne, en Afrique du Nord, dans les Amériques ou la région du Pacifique Ouest.

Figure II.2 : Catégorisation des pays selon le statut de contrôle du paludisme et le fardeau

Catégorisation des pays selon le statut de contrôle du paludisme et le fardeau

Source : Rapport mondial sur le paludisme 2008. Genève, Organisation mondiale de la Santé, 2008.

Les chapitres suivants relatifs à la stratégie mondiale décrivent la façon dont les pays et les acteurs mondiaux peuvent collaborer au contrôle, à l'élimination et à la recherche pour combattre le paludisme. Le chapitre final indique les coûts et considérations financières pour mettre en œuvre les stratégies de contrôle et d'élimination au sein des pays, pour mener à bien la R&D nécessaire aux outils de contrôle et d'élimination, ainsi que la recherche en matière de systèmes de santé nécessaire aux stratégies d'intensification, de contrôle durable, et d'élimination. Il conclut en illustrant les avantages économiques et épidémiologiques de la lutte contre le paludisme.